Catégories
CC3-exos Com-Créa

Créer une mascotte

Lors de cette activité pratique, vous allez réaliser une mascotte simplifiée en lien avec l’identité visuelle d’une entreprise. Vous effectuerez des recherches sur le sujet, guidés par les consignes données et les ressources mises à votre disposition sur Netboard et sur Pinterest.

Suivre un processus de design

La création d’une mascotte suit le même processus que la création d’un logo (voir niveau 2). Les étapes du processus sont celles du design graphique en général :

  • Brief et rédaction du cahier des charges
  • Documentation marketing et sectorielle
  • Planche de tendances
  • Arbre thématique
  • Planche de style (formes, proportions, couleurs, traitement graphique)
  • Recherches graphiques (premières esquisses)
  • Vectorisation et prototypage
  • Tests et affinage
  • Propositions au client
  • Finalisation et charte d’utilisation
  • Utilisation et retours sur l’utilisation
  • Débriefing avec l’équipe de design et le client
Processus du design thinking

Il s’agit dans un premier temps de s’immerger dans le projet, les besoins du client et des utilisateurs, les tendances du moment dans le domaine concerné (étape formalisée par le brief, la documentation au sens large, la rédaction du cahier des charges et la planche de tendances).

Dans un second temps, il s’agit de définir le ou les axes de création sur lesquels vont se baser les recherches graphiques (arbre thématique, planche de style, premières esquisses)

Dans un troisième temps, il s’agit de réaliser vectoriellement la ou les propositions au client, en prenant soin de les tester et de les affiner si nécessaire au préalable.

Enfin, la dernière série d’étapes concerne la finalisation de la mascotte en la déclinant pour les différents usages envisagés et en concevant sa charte d’utilisation (charte graphique).

Vous pouvez visionner un processus complet de création de mascotte sur behance.net, depuis les croquis préparatoires jusqu’aux intégrations en vidéo et sur salons promotionnels.

➜ Sans aller jusqu’à ce niveau de professionnalisme, vous êtes invités, au cours du niveau 3 de la formation Com-Créa, à réaliser une mascotte simple en suivant la démarche indiquée. Vous pouvez vous baser sur les projets de logo menés au niveau 2 de la formation ou entreprendre une création pour répondre aux besoins d’une marque que vous connaissez.

Incarner les caractéristiques d’une entreprise

La mascotte incarne des valeurs de l’entreprise, elle donne corps à tel ou tel aspect de la vie de l’entreprise (sa production, ses services, son point fort, sa raison d’être, etc.). Voici une liste de quelques éléments d’une entreprise “incarnables” par une mascotte :

  • Le nom de l’entreprise (ex : Miss Queen > mascotte reine)
  • Un produit créé par l’entreprise (ex : fruit > mascotte fruit)
  • Un ingrédient d’un produit (ex : chips aux crevettes > mascotte crevette )
  • Le bâtiment de l’entreprise (ex : tour Eiffel > mascotte tour Eiffel)
  • Les utilisateurs du service de l’entreprise (ex : le stade G. Guichard > mascotte footballeur)
  • Les bénéficiaires des services de l’entreprise (ex : société de protection des ours blancs > mascotte ours blanc)

Utiliser la symbolique animalière

Selon les cultures, les animaux sont dotés de traits de caractère qui leur permettent d’incarner des valeurs, des conduites à tenir. Dans la culture occidentale, je vous propose quelques repères.

Identifier les traits de caractères animaliers

  • Les nourriciers : vaches, pélicans
  • Les protecteurs : lions, tigres
  • Les voyageurs : hirondelles, oies
  • Les royaux : aigles, lions, cerfs
  • Les laborieux : abeilles, fourmis
  • Les donateurs : cigognes
  • Les bâtisseurs : castors, hirondelles
  • Les résistants au froid : ours polaires, manchots, pingoins
  • Les bavards : peroquet, maynate
  • Les sorciers et magiciens : hiboux, chouettes, corbeaux, chats noirs, araignées, chauve-souris
  • Les colériques : rhinocéros, bouledogues
  • Les économes : écureuils, fourmis
  • Les gourmands : ours
  • Les voraces : cochons, sangliers
  • Les météorologues : grenouilles
  • Les malins : renards, singes
  • Les méchants : loups, araignées, chauves-souris, guêpes, crocodiles
  • Les nonchalants : koalas, paresseux, gros ours
  • Les musiciens : cigales, grillons
  • Les prétentieux : coqs, paons
  • Les forts : chevaux, bœufs, taureaux
  • Les sages : hiboux, éléphants
  • Les doux : biches, brebis
  • Les indépendants : chats
  • Les fidèles : chiens, colombes
  • etc.

Pour en savoir plus sur le sujet : https://www.wikiwand.com/fr/Symbolique_des_animaux

Choisir le style graphique d’une mascotte

Le choix du style graphique d’une mascotte est guidé par les recherches effectuées sur les tendances et les codes du secteur concerné. Les mascottes ci-dessus (guêpe et taureau) sont adaptées à l’identité visuelles de clubs sportifs. Un puissant contour, un relief contrasté mis en valeur par le trait, un traitement vectoriel franc et une expressivité agressive correspondent aux attendus des clubs et de leurs supporters.

Choisir un niveau de complexité et un mode de rendu

Le style graphique d’une mascotte repose pour une part sur le mode de rendu graphique et pour une autre part sur la complexité du dessin (le niveau de détail mis en œuvre). Le tableau ci-dessous vous aide à différencier trente styles graphiques combinant niveau de complexité (ou de réalisme) et modes de rendu (du simple tracé à la mise en œuvre d’un relief avec ombres et reflets).

Il est plus facile de créer une mascotte dans les styles des trois premières colonnes du tableau. Le choix du style “cartoon modulaire” permet la réalisation d’animations détaillées assez facilement.

Animer ou ne pas animer la mascotte

En tenant compte de votre niveau de technicité, tant en dessin qu’en PAO, choisissez un style graphique que vous pourrez exploiter sans difficulté dans la suite du projet. En effet, il importe de prendre en compte l’éventuelle animation de la mascotte et le nombre de dessins à réaliser pour cela.

Mascotte Kanabe – Création : Studio Ghibli
Mascotte du Queen’s Cafe à Hong Kong
Source : https://eepmon.com/2016/07/queens-cafe-branding-design/

Attention : l’expression “animer une mascotte” renvoie très souvent au fait d’utiliser un acteur costumé pour incarner la mascotte (lors d’un événement en lien avec la marque promue par la mascotte).

Associer un univers à la mascotte

Une mascotte est comme un héros de bande dessinée ou un personnage de dessin animé. Elle évolue dans un univers personnel, original, elle est porteuse d’une histoire et peut être accompagnée d’un(e) ou plusieurs ami(e)s ou partenaires.

Personnaliser des gabarits existants

Pour gagner du temps ou suppléer à des compétences de dessin insuffisantes, vous pouvez personnaliser des gabarits vectoriels proposés en ligne sur diverses plateformes.

Vous trouverez quelques gabarits gratuits sur freepik.com et de nombreux gabarits payants sur graphicmama.com. Graphic Mama propose quelques ressources gratuites sur son blog.

Mascotte créée en personnalisant une des poses de la planche précédente

Choisir l’angle de vue et la pose de la mascotte

Pour rendre la mascotte plus vivante aux yeux des utilisateurs de la marque, il est souhaitable de pouvoir la représenter sous plusieurs angles de vue. La plupart des créateurs de mascottes les représentent ainsi dans les planches de présentation du personnage.

Il est évidemment plus facile de proposer des poses et des angles de vue différents dans les styles graphiques les plus simples.

Charter le design de la mascotte

Une fois les tests d’utilisation effectués et les correctifs apportés au design du personnage, il convient de consigner les points clés du dessin de la mascotte dans une planche de synthèse ou une charte graphique plus complète.

Intégrer la mascotte sur plusieurs supports

Sur les sites mentionnés dans ce cours, vous avez pu voir les mascottes imprimés sur des badges, des magnets, des coques de téléphone, des supports de PLV (Publicité sur Lieu de Vente), etc. Animées à des degrés divers, elles sont aussi présentées sur les réseaux sociaux et sur les sites web des marques.

Catégories
CC3-exos Com-Créa

Illustrer un kit de communication

Dans cet activité de mise en pratique (TD), vous devez concevoir un visuel modulaire destiné à illustrer un kit de communication. Ce kit sert à promouvoir un événement par le biais de plusieurs produits personnalisables. Vous vous appuierez sur une réalisation existante que vous optimiserez dans le cadre fictif d’une reconduction de l’événement.

Vous allez dans un premier temps étudier le kit d’aide à la communication mis en place par la Fédération Française de Cyclotourisme pour promouvoir la Fête du Vélo prévue en juin 2019. Vous imaginerez ensuite un nouveau kit pour promouvoir le même événement envisagé en juin 2021.

Prendre connaissance du cahier des charges

Consulter les documents fournis

Le bloc marque utilisé en 2019

Les documents à partir desquels vous allez travailler sont à télécharger sur votre poste de travail.

Le kit de communication de la FF Vélo avait été mis en ligne sur le site de la Fédération Française de Cyclotourisme. Il a été retiré depuis, remplacé par d’autres outils de communication que je vous invite à découvrir. Vous trouverez sur le site ffvelo.fr le lien de téléchargement de la charte graphique de la fédération.

Suivre la démarche de design vue au niveau précédent

Pour mener ce projet, vous reprendrez une démarche analogue à celle suivie pour la conception d’un logo (voir le cours précédent) : préparation-définition → idéation-conception → réalisation-publication.

Il vous faut donc mener un brief, analyser le cahier des charges, clarifier tous les points techniques relatifs aux livrables à produire. Vous allez vous documenter sur le sujet, prendre en compte la direction artistique du projet (la tendance et le style imposé), effectuer des recherches et faire des propositions. Vous allez finaliser la proposition retenue et décliner cette proposition sur tous les produits de communication envisagés.

Analyser le cahier des charges

➜ Après avoir analysé les éléments de la campagne 2019, une première version de cahier des charges a été rédigée. Ce cahier des charges doit être analysé et complété par les réponses aux questions à poser lors du brief (1re séance de cours).

Il s’agit de réaliser un kit d’aide à la communication, proposé en ligne par la Fédération Française de Cyclotourisme, pour la Fête du Vélo envisagée du 5 au 14 juin 2021.

Prendre en compte 4 axes positifs et négatifs

4 axes positifs sur lesquels s’appuyer :

  • communication festive
  • diverses pratiques (sportives, ludiques, touristiques, utilitaires, sur route, sur sentiers, sur circuits, etc.)
  • divers publics (hommes, femmes, ados, enfants, divers âges, etc.)
  • divers lieux (ville, campagne, montagne, littoral, complexes aménagés, etc.)

4 axes négatifs à éviter absolument (le contraire des 4 axes positifs…) :

  • communication formelle
  • 1 seule pratique
  • 1 seul public
  • 1 seul lieu

Identifier l’ensemble des livrables attendus

Les éléments à personnaliser devront prévoir un espace suffisant pour intégrer en impression numérique le nom de la ville où se déroulera l’événement ainsi que le lieu du principal rendez-vous (ex: Clermont-Ferrand | Place de Jaude).

En respectant la charte graphique publié par la FFC (couleurs, typographies, formes, etc.) Il est attendu la production des éléments suivants :

  • Un bloc marque optimisé (agrandir la zone événement et améliorer la présentation du texte)
  • Un bloc date optimisé (amélioration de la lecture des données)
  • Un visuel en appui sur les 4 axes définis plus haut – Format 297 x 297 mm – Résolution 300 dpi
  • Deux affiches (1 aff. A3 et 1 aff. A4 )avec zone de personnalisation
  • Un flyer A5 recto verso avec zone de personnalisation
  • Une couverture de guide pratique + gabarits pages intérieures (gauche + droite) – format fermé : 210 x 148 mm
  • Trois bannières Web (FB = 820 x 312 px + TWT 1500 x 500 px + ISTGRM = 1080 x 1080 px)
  • Trois GIF animés (billboard  970 x 250 px + leaderboard  970 x 90 px + pavé 300 x 250 px)

Il est également attendu la production des éléments graphiques permettant le marquage des objets suivants :

  • Stickers
  • Sacs
  • Gourdes
  • T-shirts
  • Casquettes

Préparer le travail de conception

Avant de se lancer dans le travail de conception de l’illustration il est nécessaire de mener à bien plusieurs opérations.

Analyser les documents fournis

Une rapide analyse des éléments existants (campagne 2019) montre que le visuel utilisé ne correspond pas aux axes proposés pour 2021.

Le visuel présente un vélo de femme, pour une utilisation ludique ou utilitaire, placé devant un paysage rural de plaine. Le visuel 2019 est trop axé sur un seul type de pratique, dans un seul type d’environnement et pour un public trop spécifique !

Analyser une collecte d’affiches sur le même thème

➜ Pour trouver des éléments de réponse à la question posée par la nécessité de cibler diverses pratiques, divers publics et divers lieux, consultez les sites de quelques studios graphiques ayant travaillé sur un projet de communication en rapport avec la fête du vélo.

Une collecte d’affiches portant sur le même thème permet de mieux cerner les données du problème. La question posée pourrait-être Comment traduire visuellement la multiplicité des usages cyclistes ?

➜ Chaque graphiste a trouvé une manière différente de répondre à la question. Certains ont produit plusieurs visuels pour la même campagne, d’autres ont multiplié les figures de cyclistes, des graphistes ont inventé des vélos aux usages multiples… d’autres sont tombés dans le même biais que le graphiste du projet retenu par la fédération concernée en 2019.

Tenir compte de la direction artistique imposée

Pour vous permettre d’expérimenter un type de mise en page très pratique dans ce type de contexte, je vous propose une ligne directrice à suivre concernant le type d’illustration à mettre en œuvre.

Le cahier des charges nous invite à produire une illustration de format carré. Par ailleurs, vous serez amenés à décliner cette illustration dans plusieurs autres formats rectangulaires, horizontaux ou verticaux.

➜ Je vous propose donc de réaliser un visuel en appui sur une grille de carrés de 3×3 (9 carrés), dans une optique modulaire, chaque carré ou carreau de la grille pouvant être déplacé dans la composition en fonction des besoins.

Dans le diaporama ci-dessous, des exemples d’assemblages de carrés sont présentés. Les carrés blancs figurent des zones de texte et les carrés noirs des zones d’image.

grilles-carres-01
grilles-carres-02
grilles-carres-03
grilles-carres-04
grilles-carres-05
grilles-carres-06
grilles-carres-07
grilles-carres-08
grilles-carres-09
grilles-carres-10
grilles-carres-11
grilles-carres-12
grilles-carres-13
grilles-carres-14
previous arrow
next arrow

➜ Il s’agit donc :

  • de mettre en place, sur une grille de 9 carrés (3 colonnes x3 rangées), une image d’arrière-plan composée de carrés juxtaposés indépendants, eux-mêmes composés de formes géométriques simples évoquant un environnement paysager ;
  • d’incorporer dans la composition des éléments graphiques (formes, couleurs, textures, motifs) évoquant la mer et la montagne, la ville et la campagne, le bâti et le naturel ;
  • d’ajouter à cet environnement des illustrations ou éléments figuratifs évoquant le cyclisme sous toutes ses formes et pour tous les âges (avec ou sans personnages-cyclistes).

Se documenter sur le style imposé

➜ Avant de se lancer dans le maquettage de l’illustration, il est nécessaire de se documenter au sujet des compositions graphiques sur une grille de carrés. Pinterest offre un premier champ de recherches.

https://www.pinterest.fr/dendrographe/composition-grilles-de-carr%C3%A9s/

Pinterest mentionne la présence de motifs géométriques sur le site de Freepik. Une recherche plus détaillée vous donnera accès à des éléments vectoriels susceptibles de fournir une base sur laquelle vous appuyer pour mettre au point composition sur grille.

Sélectionner le visuel le plus pertinent

Prenez le temps d’examiner avec soin les motifs collectés. Dans Illustrator, créez un masque qui vous permette d’examiner le rendu d’une grille de 3×3 carrés, comme indiqué sur la capture d’écran ci-dessous.

Vous découvrirez ainsi le type de formes qui répondra le mieux au cahier des charges du projet. Il s’agit de trouver des formes qui soient ni trop urbaines ni trop rurales, évoquant un univers à la fois masculin et féminin, adulte et enfantin…

L’alternance des zones claires et des zones foncées entre aussi en ligne de compte. Veillez à ce que le regard circule facilement entre les différents motifs. Si les formes vous conviennent mais que les couleurs vous semblent mal réparties, n’hésitez pas à faire des modifications.

Le carré sélectionné servira de charpente à l’illustration définitive. Il est prévu d’insérer dans les formes du motif global des éléments visuels plus significatifs (photos, dessins figuratifs, etc.) ainsi que des textures si cela est jugé nécessaire.

L’équilibre final sera atteint quand toutes les composantes graphiques seront intégrées dans la composition. Ne cherchez à équilibrer trop tôt votre composition !

Affiner le visuel sélectionné

Les visuels collectés sur Freepik ne sont pas toujours construits avec rigueur. Suivant le temps dont vous disposez et surtout si vous envisagez de décliner une série de motifs géométriques de plusieurs manières, envisagez de rectifier l’alignement des traits.

➜ Pour effectuer ce travail de rectification des tracés, il est nécessaire de travailler en aperçu “Tracés”.

Vous pouvez régler le pas de la grille sur la dimension des modules et activer le magnétisme de la grille. Le reste est une question de persévérance…

➜ Rectifiez a minima les 9 carrés (3X3) que vous avez sélectionnés pour construire votre illustration. Utilisez les fonction d’alignement horizontal et vertical, dans Illustrator, pour rectifiez votre dessin.

Utiliser les couleurs de la charte

La FFC dispose d’une charte graphique proposant plusieurs couleurs.

Étager les couleurs fournies

Les couleurs imposées ne sont pas présentées de manière à mettre en évidence l’étagement de leur valeur de gris, base de toute composition visuelle structurée. Il est primordial, lors de la colorisation définitive du visuel, d’optimiser le contraste entre les différentes parties de votre composition.

Cela donne du rythme à l’image, en évitant toute impression de sous-exposition (image trop sombre) ou de surexposition (image trop claire). La lecture des formes clés doit être optimisée quelque soit les conditions d’éclairage et le visuel est plus impactant.

➜ Il convient donc de trier les couleurs fournies en utilisant 3 catégories (couleurs foncées, couleurs moyennes, couleurs claires). Je vous propose de compléter pour votre usage, la planche ci-dessous.

Vous pouvez ajouter une couleur dont la symbolique dans le monde cycliste est très forte, il s’agit du jaune (maillot jaune). Cette couleur est curieusement absente du nuancier de notre “client”.

Vérifier l’équilibre des valeurs

➜ Une fois que vous avez réparti vos couleurs dans votre composition, en veillant à utiliser les 3 catégories de couleurs (foncées, moyennes et claires), exportez votre travail en tant qu’image matricielle (ou faites une capture d’écran).

Ouvrez cette image matricielle dans Photoshop et convertissez l’image en niveaux de gris. Vous verrez alors au premier coup d’œil si votre composition est bien rythmée et bien contrastée. Si ce n’est pas le cas, vous saurez immédiatement quelle est la couleur à changer pour obtenir une valeur plus claire ou plus foncée dans les zones concernées.

Pour améliorer la qualité visuelle de votre image, vous pourrez ajouter ponctuellement des petites zones de blanc (ou de couleurs claires sur fond blanc).

Prévoir les fonds perdus

Il est maintenant nécessaire d’anticiper l’intégration du visuel créé dans les différents produits de communication. Le premier livrable est une affiche A3 sur laquelle le visuel occupe toute la partie supérieure.

➜ Prévoyez 5 mm de fonds perdus et anticipez le résultat d’un massicotage imprécis de l’affiche en disposant de manière cohérente les éléments débordants. faites bien attention de ne pas déformer les triangles et les cercles en vous contentant de décaler des points de contrôle.

Décliner le visuel sur les différents produits

Composer l’affiche

Le moment est venu de mettre en page votre visuel pour composer l’affiche A3. Le schéma ci-dessous vous indique comment se positionne le visuel dans l’affiche.

Il est assez déroutant, pour un illustrateur débutant, de voir le visuel qu’il a patiemment mis au point passer au second plan lors de la mise en page. Les textes ou leurs blocs d’encadrement dissimulent les motifs ajustés avec soin : c’est parfois assez frustrant ! Soyez rassurés, dans d’autres produits de communication du projet (notamment la couverture du livret), le visuel mis au point sera moins “encombré” par les différents blocs d’information.

➜ Effectuez le positionnement de tous les éléments qui doivent figurer sur l’affiche et, si vous le jugez nécessaire, vous rectifierez votre image pour l’adapter à son utilisation dans l’affiche. Ne cherchez pas à équilibrer votre affiche avant d’avoir intégré tous les éléments qui doivent y figurer.

Pour enrichir votre travail de recherche, référez-vous au cours intitulé L’illustration modulaire.

Créer des gifs animés

La création des gifs animés nécessite de disposer de plusieurs “écrans” sur lesquels s’affichent successivement les textes proposés au lecteur.

Il est tout à fait envisageable de préparer les écrans dans Adobe Illustrator, sur des plans de travail distincts, puis d’exporter pour les écrans à la taille réelle (x1), en jpg ou en png.

➜ Pour transformer les images exportées en gif animé, je vous propose d’utiliser l’outil en ligne gifmaker.org (voir tutoriel ci-dessous).