Catégories
CC3-exos Com-Créa

Créer une mascotte

Lors de cette activité pratique, vous allez réaliser une mascotte simplifiée en lien avec l’identité visuelle d’une entreprise. Vous effectuerez des recherches sur le sujet, guidés par les consignes données et les ressources mises à votre disposition sur Netboard et sur Pinterest.

Suivre un processus de design

La création d’une mascotte suit le même processus que la création d’un logo (voir niveau 2). Les étapes du processus sont celles du design graphique en général :

  • Brief et rédaction du cahier des charges
  • Documentation marketing et sectorielle
  • Planche de tendances
  • Arbre thématique
  • Planche de style (formes, proportions, couleurs, traitement graphique)
  • Recherches graphiques (premières esquisses)
  • Vectorisation et prototypage
  • Tests et affinage
  • Propositions au client
  • Finalisation et charte d’utilisation
  • Utilisation et retours sur l’utilisation
  • Débriefing avec l’équipe de design et le client
Processus du design thinking

Il s’agit dans un premier temps de s’immerger dans le projet, les besoins du client et des utilisateurs, les tendances du moment dans le domaine concerné (étape formalisée par le brief, la documentation au sens large, la rédaction du cahier des charges et la planche de tendances).

Dans un second temps, il s’agit de définir le ou les axes de création sur lesquels vont se baser les recherches graphiques (arbre thématique, planche de style, premières esquisses)

Dans un troisième temps, il s’agit de réaliser vectoriellement la ou les propositions au client, en prenant soin de les tester et de les affiner si nécessaire au préalable.

Enfin, la dernière série d’étapes concerne la finalisation de la mascotte en la déclinant pour les différents usages envisagés et en concevant sa charte d’utilisation (charte graphique).

Vous pouvez visionner un processus complet de création de mascotte sur behance.net, depuis les croquis préparatoires jusqu’aux intégrations en vidéo et sur salons promotionnels.

➜ Sans aller jusqu’à ce niveau de professionnalisme, vous êtes invités, au cours du niveau 3 de la formation Com-Créa, à réaliser une mascotte simple en suivant la démarche indiquée. Vous pouvez vous baser sur les projets de logo menés au niveau 2 de la formation ou entreprendre une création pour répondre aux besoins d’une marque que vous connaissez.

Incarner les caractéristiques d’une entreprise

La mascotte incarne des valeurs de l’entreprise, elle donne corps à tel ou tel aspect de la vie de l’entreprise (sa production, ses services, son point fort, sa raison d’être, etc.). Voici une liste de quelques éléments d’une entreprise “incarnables” par une mascotte :

  • Le nom de l’entreprise (ex : Miss Queen > mascotte reine)
  • Un produit créé par l’entreprise (ex : fruit > mascotte fruit)
  • Un ingrédient d’un produit (ex : chips aux crevettes > mascotte crevette )
  • Le bâtiment de l’entreprise (ex : tour Eiffel > mascotte tour Eiffel)
  • Les utilisateurs du service de l’entreprise (ex : le stade G. Guichard > mascotte footballeur)
  • Les bénéficiaires des services de l’entreprise (ex : société de protection des ours blancs > mascotte ours blanc)

Utiliser la symbolique animalière

Selon les cultures, les animaux sont dotés de traits de caractère qui leur permettent d’incarner des valeurs, des conduites à tenir. Dans la culture occidentale, je vous propose quelques repères.

Identifier les traits de caractères animaliers

  • Les nourriciers : vaches, pélicans
  • Les protecteurs : lions, tigres
  • Les voyageurs : hirondelles, oies
  • Les royaux : aigles, lions, cerfs
  • Les laborieux : abeilles, fourmis
  • Les donateurs : cigognes
  • Les bâtisseurs : castors, hirondelles
  • Les résistants au froid : ours polaires, manchots, pingoins
  • Les bavards : peroquet, maynate
  • Les sorciers et magiciens : hiboux, chouettes, corbeaux, chats noirs, araignées, chauve-souris
  • Les colériques : rhinocéros, bouledogues
  • Les économes : écureuils, fourmis
  • Les gourmands : ours
  • Les voraces : cochons, sangliers
  • Les météorologues : grenouilles
  • Les malins : renards, singes
  • Les méchants : loups, araignées, chauves-souris, guêpes, crocodiles
  • Les nonchalants : koalas, paresseux, gros ours
  • Les musiciens : cigales, grillons
  • Les prétentieux : coqs, paons
  • Les forts : chevaux, bœufs, taureaux
  • Les sages : hiboux, éléphants
  • Les doux : biches, brebis
  • Les indépendants : chats
  • Les fidèles : chiens, colombes
  • etc.

Pour en savoir plus sur le sujet : https://www.wikiwand.com/fr/Symbolique_des_animaux

Choisir le style graphique d’une mascotte

Le choix du style graphique d’une mascotte est guidé par les recherches effectuées sur les tendances et les codes du secteur concerné. Les mascottes ci-dessus (guêpe et taureau) sont adaptées à l’identité visuelles de clubs sportifs. Un puissant contour, un relief contrasté mis en valeur par le trait, un traitement vectoriel franc et une expressivité agressive correspondent aux attendus des clubs et de leurs supporters.

Choisir un niveau de complexité et un mode de rendu

Le style graphique d’une mascotte repose pour une part sur le mode de rendu graphique et pour une autre part sur la complexité du dessin (le niveau de détail mis en œuvre). Le tableau ci-dessous vous aide à différencier trente styles graphiques combinant niveau de complexité (ou de réalisme) et modes de rendu (du simple tracé à la mise en œuvre d’un relief avec ombres et reflets).

Il est plus facile de créer une mascotte dans les styles des trois premières colonnes du tableau. Le choix du style “cartoon modulaire” permet la réalisation d’animations détaillées assez facilement.

Animer ou ne pas animer la mascotte

En tenant compte de votre niveau de technicité, tant en dessin qu’en PAO, choisissez un style graphique que vous pourrez exploiter sans difficulté dans la suite du projet. En effet, il importe de prendre en compte l’éventuelle animation de la mascotte et le nombre de dessins à réaliser pour cela.

Mascotte Kanabe – Création : Studio Ghibli
Mascotte du Queen’s Cafe à Hong Kong
Source : https://eepmon.com/2016/07/queens-cafe-branding-design/

Attention : l’expression “animer une mascotte” renvoie très souvent au fait d’utiliser un acteur costumé pour incarner la mascotte (lors d’un événement en lien avec la marque promue par la mascotte).

Associer un univers à la mascotte

Une mascotte est comme un héros de bande dessinée ou un personnage de dessin animé. Elle évolue dans un univers personnel, original, elle est porteuse d’une histoire et peut être accompagnée d’un(e) ou plusieurs ami(e)s ou partenaires.

Personnaliser des gabarits existants

Pour gagner du temps ou suppléer à des compétences de dessin insuffisantes, vous pouvez personnaliser des gabarits vectoriels proposés en ligne sur diverses plateformes.

Vous trouverez quelques gabarits gratuits sur freepik.com et de nombreux gabarits payants sur graphicmama.com. Graphic Mama propose quelques ressources gratuites sur son blog.

Mascotte créée en personnalisant une des poses de la planche précédente

Choisir l’angle de vue et la pose de la mascotte

Pour rendre la mascotte plus vivante aux yeux des utilisateurs de la marque, il est souhaitable de pouvoir la représenter sous plusieurs angles de vue. La plupart des créateurs de mascottes les représentent ainsi dans les planches de présentation du personnage.

Il est évidemment plus facile de proposer des poses et des angles de vue différents dans les styles graphiques les plus simples.

Charter le design de la mascotte

Une fois les tests d’utilisation effectués et les correctifs apportés au design du personnage, il convient de consigner les points clés du dessin de la mascotte dans une planche de synthèse ou une charte graphique plus complète.

Intégrer la mascotte sur plusieurs supports

Sur les sites mentionnés dans ce cours, vous avez pu voir les mascottes imprimés sur des badges, des magnets, des coques de téléphone, des supports de PLV (Publicité sur Lieu de Vente), etc. Animées à des degrés divers, elles sont aussi présentées sur les réseaux sociaux et sur les sites web des marques.

Par Yves Goguely

Formateur au GRETA Clermont-Auvergne